collaboratrices

J’ai été congédiée

Par: Jade Prescott

J’ai été congédiée. J’ai été congédiée parce que je suis malade. J’ai été récemment diagnostiquée… Non, je n’ai pas le Cancer. Non, je n’ai pas le Sida. Non, je n’ai pas la Méningite. J’ai un Trouble d’Anxiété Généralisé. Est-ce que je suis en train de comparer le T.A.G. au cancer, au sida ou à la méningite? Non, mais oui. Je compare l’anxiété, mais surtout les problèmes de santé mentale. Ce que je trouve triste dans cette société (la société en général), c’est que les gens vont avoir de la pitié, de l’empathie pour une personne qui a le cancer… mais n’en auront presque pas pour les gens qui ont un problème de santé mentale. On les a tous déjà entendu : tu as une dépression ? mais voyons « sois plus positif, sors voir des gens! », tu fais de l’anxiété? mais voyons « respire ! c’est juste dans ta tête… », …

Cette ignorance, ce tabou qui existe envers les problèmes de santé mentale fait mal à la société. Ça nous nuit. Ça nous bloque dans notre avancement; pour découvrir comment aider les gens, pour être plus empathique envers les gens. Combien de cas de dépression ou de tout autre problème de santé mentale pourrait être évités si la population générale savait au moins qu’est-ce que pouvait faire ces problèmes, comment les repérer et comment aider une personne qui en souffre?

Je ne suis pas là non plus pour vous expliquer ce qu’est l’anxiété, la dépression, le TPL ou tout autre type de problème de santé mentale… pas aujourd’hui. Ce serait beaucoup trop long et clairement tu serais déjà parti. Mon but aujourd’hui est de faire comprendre aux gens qu’il faut se sensibiliser aux maladies mentales autant qu’aux maladies physiques. Il faut supporter. Il faut au moins prendre le temps de connaître ce que c’est avant de donner une opinion, une « solution », ou quoi que ce soit.

J’ai été congédiée parce que je suis malade. Ma maladie, mon T.A.G. fait en sorte que certains matins je me lève et je « pète le feu », mais d’autres matins, je me réveille et c’est presque impossible pour moi de me lever. Ça me prend toute la force du monde pour me faire un café. Et puis après avoir réussi à m’avoir fait à déjeuner, je suis tellement fatiguée que je dois aller me coucher. Qu’est-ce qui rend ces matins là si difficiles? Dans ces moments-là, je te dirais surement : « j’en ai aucune idée… », les larmes aux yeux et la gorge nouée. Mais en vrai, je sais que c’est tout un problème neurologique qui fait en sorte que certains neurotransmetteurs dans mon cerveau ne fonctionnent pas bien.

Alors quand tu dis à quelqu’un qui vit de l’anxiété « respire » ou « relaxe », dis-toi que c’est comme si tu disais à la personne d’essayer de contrôler les neurotransmetteurs dans son cerveau volontairement et de faire en sorte qu’elle aille mieux. Et tu sais quoi? C’est pareil pour quelqu’un qui vit une dépression. Pareil pour quelqu’un qui vit n’importe quel problème de santé mentale. Tu lui dis littéralement d’essayer de contrôler les neurones dans son cerveau, comme tu dirais à quelqu’un de « contrôler son cancer ».

Ah et… Est-ce que tu jugerais une personne qui fait de la chimiothérapie pour se débarrasser de son cancer ? Non ? Alors ne juge pas quelqu’un qui prend des antidépresseurs ou tout type de médicament pour sa santé mentale.

Par: Jade Prescott

pour s’abonner à sa chaîne YouTube, cliquer ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *