tranche de vie

Est-ce que j’ai fait le bon choix de carrière?

Je fais partie d’un groupe sur Facebook, le rendez-vous des blogueurs, qui propose des idées de thèmes tous les mois pour nous inspirer. Ça fait un bout que je suis membre et je n’ai pas eu l’occasion de prendre leurs suggestions. J’avoue que dernièrement, j’étais très occupée au travail et dans mes études, que j’ai ignoré mon blogue. Mais, c’est terminé, je suis en vacances!

Bref, c’est assez mes excuses de femme occupée, passons au sujet que j’ai choisi pour juin:

Si je devais changer de carrière, je serais…

Avec tout mon remue-ménage des derniers jours, ce sujet m’a interpellé. Cependant, j’aurais aimé vous parler de mon rêve d’être chorégraphe ou animatrice de radio (j’aurais vraiment adoré), sauf que je vais vous parler de mon parcours qui m’a amené à exercer mon métier.

Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours voulu être enseignante au primaire, surtout en maternelle. Je me rappelle d’avoir joué à l’école avec mes toutous. Je leur enseignais, corrigeais leurs examens et réglais leurs conflits. Je passais des heures à jouer sans me tanner.

Pendant mon secondaire, je souhaitais être auteure de roman jeunesse et journaliste. L’écriture m’appelait beaucoup. Je n’étais pas la meilleure en français, surtout côté construction de phrases, par contre ça ne m’empêchait pas de rêver. Arrivée en cinquième secondaire, j’ai hésité entre la technique en service de garde et art et technologie des médias. Je suis devenue éducatrice, à cause de ma grande expérience avec les enfants.

Ça fait maintenant 17 ans que je suis éducatrice et j’aime encore mon métier. Je suis heureuse de faire une différence dans leur quotidien, sauf que je souhaite changer. J’ai l’impression de stagner, d’avoir fait le tour et de ne plus me réaliser.

Ce qui m’a amené à postuler à tous les postes de coordinatrice à la pédagogie et adjointe à la direction qui se présentaient. Je sais que j’ai les aptitudes pour ces postes. J’ai acquis beaucoup d’expériences, mais ce n’est pas suffisant!  On veut des candidats formés avec un BACC ou un certificat. Ça ne m’a pas empêchée de rêver et de poser ma candidature. Mais, je ne suis pas appelée pour l’entrevue. Ça m’a fait un pincement de ne pas être sélectionnée que je me suis inscrite à l’université. C’est assez! Ils veulent des gens formés, je le serai!

Je vais finir par attirer leur regard!

Quand je me suis inscrite, en soutien pédagogique, l’appel du journaliste s’est manifesté. Avec Miss, j’ai goûté au plaisir d’écrire, de collaborer avec des entrepreneures et de m’amuser. J’ai été déchirée encore une fois dans un choix : suivre le chemin déjà tracé ou suivre ma passion. Alors, j’ai choisi la voie où je suis plus expérimentée.

D’accord, je me suis écoutée à moitié. OK! D’accord, j’aurais pu, pour une fois, développer mes compétences de rédaction. Mais, si je deviens une experte dans mon domaine, rien ne m’empêche, par la suite, d’aller en communication. Ce n’est pas impossible que je finisse ma vie en écrivant sur l’éducation. Pourquoi ne pas devenir enseignante au cégep ? Avec toute l’expérience que j’ai, je crois qu’un beau jour, ça va servir.

Du haut de mes 38 ans, j’ai encore la possibilité de me réaliser professionnellement. Je vous mentirais si je vous disais que je suis patience et que j’attends la bonne occasion. En réalité, j’ai hâte de passer à autre chose, expérimenter, me déstabiliser pour mieux rebondir et être tout simplement bien. J’ai besoin d’action et surtout d’y participer. Je dois laisser du temps au temps et attendre ce que l’univers m’a réservée.

Bref, même si je n’ai pas trop respecté le sujet : si je devais changer de carrière, je serais…, je réalise que j’ai de belles possibilités pour mon avenir. Je dois juste saisir les opportunités, continuer ce que j’ai entrepris et être patiente.

Être patiente… Ouf! Je peux être capable…

 

Par Miss Simplicité

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *