vie

Je dois en parler… pour faire sortir le «méchant»!

Je ne voulais pas encore en parler. Si je le fais, je vous dévoile une faiblesse. Au départ, je gardais cela pour moi, parce que ce n’est pas dans mes habitudes de parler de moi. J’ai une belle carapace, un moyen de défense pour me protéger et SURTOUT pour ne pas attirer l’attention.

Maintenant, passons aux aveux…J’ai des lésions précancéreuses, au niveau du col de l’utérus. Ne soyez pas inquiets! Ce n’est pas si grave, parce que cela a été descellé avant que ça dégénère. J’aurais aimé autre chose que ça… Mais, bon! Je vais vivre avec!

Cela fait maintenant un mois que je sais… Un mois que je suis dans une TRÈS longue attente.

Je veux qu’on m’enlève ça au plus VITE. Comme je suis une femme d’action, qui règle rapidement ses affaires, je n’ai pas le temps de niaiser!! J’ai toujours d’autres chats à fouetter!! J’en peux plus d’attendre après les résultats des biopsies, attendre de savoir comment on va m’enlever le tout, savoir le quand et la durée de ma «convalescence». J’ai besoin de savoir!!  Je n’ai pas encore les réponses à ces questions!

Je dois prendre mon mal en patience!!!

L’attente est longue que maintenant, je lis trop sur le sujet. Je ne veux pas m’improviser docteur, mais quasiment. Sans blague, je sais que je ne devrais pas lire sur Google, ça fait juste accroître mes INQUIÉTUDES.

À la place, j’en parle, mais c’est tellement dur de le faire. Depuis que je le sais, j’ai passé d’un état à un autre. J’ai été dévastée par ce qu’il m’arrive. On me dit de ne pas m’inquiéter, que ce n’est pas le cancer. Mais, ce vilain mot a réussi à HANTER mon esprit. Je me suis imaginée le pire scénario, que je me suis assurée de ne pas être un fardeau financier pour ma famille immédiate. J’avoue, je suis allée fort… Mais, il faut mieux prévenir que guérir!

Il ne fallait pas inquiéter les enfants. Sauf que mes cocos ne sont pas fous, ils voyaient bien qu’il se passait de quoi. Leur mère a les yeux dans l’eau, est silencieuse et chuchote lorsqu’elle parle à son amoureux. Je me sentais malhonnête envers eux. Comment bien leur expliquer? J’ai attendu d’en savoir plus tout en nuançant l’information. Ce n’est pas vrai que je vais faire comme ma mère et attendre la veille de l’intervention pour leur en glisser un mot. Il faut que je leur donne du temps pour ACCEPTER la situation au lieu de les mettre dans le fait accompli.

Par la suite, le fameux rendez-vous pour prélever les tissus afin d’analyser les lésions. La fois où, le stress s’était emparé de mon corps. Pendant la consultation, je n’arrêtais pas de poser des questions, maintenant le stress a laissé la place à la peur. Je dois rester FORTE, mais ce n’est pas évident!! Le pire scénario est écarté; ce n’est pas le cancer… fiou!! Maintenant, il faut attendre… 2 semaines… peut-être plus pour la suite. Sérieux!! C’est déjà trop long!!

Là tu informes ton entourage PROCHE. Tout le monde a des histoires sur ça et leurs théories. « Tu dois avoir des condylomes»… Ark!!! Tu retournes sur Google, pour te convaincre que c’est pas ça (par pitié) et tu ne veux plus en parler. C’est devenu gênant!! Tu fais comme si tout va bien!! Mais, dans ta tête, c’est autre chose.

Ce qui m’amène au temps des Fêtes!!

Avais-je le cœur à la fête? J’essayais de faire comme si rien n’était, de ne pas trop en parler; je ne voulais pas TANNER  le monde. Et de toute manière,  tu ne souhaites pas étaler ça en plein réveillon!! Je me suis rappelée que des épreuves j’en ai traversés avec une force insoupçonnée. Alors, j’ai espoir que je vais affronter cette tempête. Allez qu’on en finisse!!

Cependant, je dois attendre, la lettre qui m’informera du combat à venir. Je ne sais pas encore exactement l’intervention que je vais avoir, mais une chose est sûre; je serai traitée. Je me sens bien, mais très impatiente de SAVOIR ce que j’ai vraiment. Ce que j’ai appris dernièrement, c’est que les lésions sont peu profondes et qu’elles sont précancéreuses. Un détail encourageant!

J’y arrive…

Je dois être patiente, parce que lorsque le processus va être enclenché, je ne le verrai pas aller. Écrire ce texte a été DIFFICILE pour moi. J’ai eu une boule dans la gorge tout le long. Cependant, je sais que l’écrire me fait sortir le «méchant». Et ce que je veux par-dessus tout, c’est qu’il sort au COMPLET!

Si vous désirez en apprendre plus sur le sujet, j’ai googlé pour vous un site assez complet sur le cellules précancéreuses du col de l’utérus: cliquer ICI.

Peu importe la maladie qu’on souffre, on passe tous par un long processus d’acceptation. J’ai écrit ce texte pour extérioriser ce que je gardais en dedans, sans plus. 

Par Miss Simplicité

 

 

3 réflexions au sujet de « Je dois en parler… pour faire sortir le «méchant»! »

  1. C’est une partie importante d’en parler! 😉 Le sujet touche beaucoup de femmes et est ‘sensible’ selon l’interprétation des gens de l’origine des cellules précancéreuses.

    1. Vraiment!!!
      Les gens veulent nous rassurer et quelques fois, ils sont malhabiles … ils ne sont pas dans notre tête avec nos peurs …
      merci pour ton commentaire!!!

  2. Je suis passée par là cet automne. 2x plutôt qu’une. Lésions précancéreuses au côlon pis aux trompes.
    Tout revient dans l’ordre. Fatiguée beaucoup moins. Pas eu plus que ben des ablations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *