Famille

Votre garçon et son Nerf

Avertissement ce texte est pour les parents de petits gars

Si vous avez une garçon âgé entre 4 à 10 ans, qui adore les jeux vidéos, les supers héros, qui est enjoué et pleins d’imaginations, je veux vous mettre en garde. En garde de quoi? Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas la fin du monde! Remarquez que si c’était la fin du monde, à votre grande surprise, votre garçon serait un atout. Je veux vous mettre en garde contre les fusils Nerf. Ce banal fusil peut avoir un effet dévastateur dans votre maison. Si un jour, votre enfant en reçoit en cadeau, alors préparez-vous …

  • À ramasser les petites balles un peu partout dans votre maison. Elles se retrouvent partout. Si vous n’êtes plus capable de les voir éparpiller dans la maison et vous décidez que votre enfant joue dehors avec son Nerf, je vous conseille de bien regarder avant de tondre la pelouse. Ce qui était partout dans la maison, maintenant, se retrouvera sur le gazon. Cela peut dans certains cas, aller sur le terrain du voisin. Alors, tant mieux, moins à ramasser!

 

  • Le bruit que le Nerf fait est assez bruyant, surtout s’il y a un chargeur. Ceux qui ont un sous-sol, vous êtes les plus chanceux! Vous allez pouvoir délimiter la zone de jeux.
  • À découvrir la créativité de votre garçon pour faire sa base. Il va prendre tout ce qu’il lui tombe sous la main. Vos chaises de cuisines, des couvertures, des petits meubles et même des oreillers peuvent être utile. C’est le moment de le responsabiliser pour qu’il ramasse après.

img_6302

  • S’il vous fait une crise, bien vous avez l’arme de la négociation : confisquer le Nerf. La crise peut être réglée ou simplement le jeu sera fini pendant un temps.

Maintenant, vous êtes en réflexion, parce que c’est un jeu caractérisé violent et que vous avez peur que votre garçon le devienne. Vous sentez peut-être même coupable de laisser votre enfant jouer avec. Arrêtez de vous casser la tête! C’est comme dans chaque chose, il faut bien encadrer le jeu pour que votre petit homme s’amuse sans agressivité.

Il faut le laisser expérimenter, en établissant des limites claires. De mon côté, mon garçon ne vise pas dans le visage de l’autre, respecte les zones et si je le vois se fâcher, j’arrête le jeu. Il faut que cela reste amusant, pas de compétitions entre eux et que chaque partie connaisse les règles. Lorsqu’on met des cadres ou on crée de la magie autour du jeu, l’aspect violent perd de l’ampleur. Un exemple de jeu: mettre des assiettes en cartons et dessiner des cibles, votre enfant peut essayer d’atteindre la cible en cumulant des points.

Les petits garçons ont besoin de ces types de jeux pour leur développement. Cela les aide à contrôler leurs émotions. Si je prends exemple de mon garçon; il chasse les zombies avec son Nerf, alors il chasse ce qui l’effraie. Il ne pointe pas sur sa sœur en criant des insultes, il se crée plutôt un monde imaginaire et il s’amuse. Quelques fois, il joue avec le fils à chéri et je vois s’installer de la coopération entre eux. Ils ne se font pas de mal. Cependant, si vos enfants montrent des signes d’agressivité ( sourcils froncés, gros mots entre eux, frappe avec l’objet, ne respectent aucunes règles), il est nécessaire d’arrêter le jeu immédiatement et appliquer une conséquence.

img_6304

Comme je vous dis, il est important d’établir des règles claires. Il ne faut pas empêcher son enfant d’essayer. J’ai déjà entendu des parents qui ont interdit les fusils et leurs enfants jouaient avec des pistolets à bulles. Si vous n’êtes pas à l’aise, respectez-vous et trouver un autre jeu qui développe les mêmes habiletés; comme les jeux de chamailles. Nos petits garçons en ont besoin.

Je ne vous fais pas la morale, mais je souhaite vous sensibiliser. Peu importe ce que vous faites ou non, le principal; c’est de laisser votre enfant expérimenter pour apprendre. De toute manière, chaque enfant est différent, même des petites filles peuvent montrer de l’intérêt.

Je suis curieuse… Comment c’est chez vous?

Par Miss Simplicité

référence:  Les jeux de guerre, article de Naître et grandir

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *