collaboratrices·Famille

Table pour 6

Les enfants, si on prend le temps de les écouter, peuvent nous apprendre les plus belles leçons de vie. Les miens me rappellent également très souvent que je suis un cordonnier très mal chaussé… Je suis la première à offrir des conseils, mais la dernière à suivre ces mêmes conseils. Je leur apprends à avancer la tête haute en n’ayant peur d’aucun défi alors que j’ai tendance à reculer au premier obstacle rencontré.

Au cours de la dernière année, plusieurs circonstances, souvent hors de mon contrôle, m’ont forcée à ralentir. J’ai donc eu beaucoup de temps pour réfléchir et pour écouter.

La leçon qui a marqué la fin de 2016 me vient de mon ado. Elle m’a dépeint, les larmes aux yeux, notre foyer comme étant notre sanctuaire. Elle m’a également expliqué pourquoi elle préférait éviter certaines visites à la maison.

 1er ah ah moment… Maman, allume!

Cette conversation a eu lieu (heureusement?) juste avant la réunion du conseil d’administration familial. Le premier point à l’ordre du jour : le souper de Noël. Dès l’ouverture de l’assemblée, ça a donné à peu près ça :

— OK guys, vous voulez faire quoi pour Noël?

— Un souper de famille.

— Super! On a reçu une invitation.

— Non maman, un VRAI souper de famille et quand je dis famille, je parle de nous 6.

— Ah bon, vous êtes sûrs?

— De toute façon, pourquoi est-ce qu’on doit toujours se déplacer pour aller chez les autres? C’est quand la dernière fois qu’ils sont venus fêter Noël avec nous ou sont simplement venus nous voir? Moi je dis qu’on reste ici. This Christmas, call me The Grinch!

— Bon… OK

2e ah ah moment… Un enfant, ce n’est pas idiot!

J’ai fermé les yeux longtemps et gardé le silence pour ne pas mêler les enfants aux querelles d’adultes. Je les ai amenés visiter la parenté d’un bord et de l’autre de la frontière parce que c’est comme ça que j’ai grandi, entourée de famille. J’attendais toujours Noël avec impatience. J’ai alors compris que ce que j’aimais en fait c’était l’illusion du Noël idéal : la parenté réunie, la bonne nourriture, les rires, les cadeaux, le bon temps passé ensemble. C’est également à ce moment que j’ai réalisé que les enfants ne sont pas sourds et encore moins aveugles. Ils reconnaissent l’amour véritable. Contrairement aux adultes, ils ne savent pas faire semblant.

3e ah ah moment… Ferme la porte, les bibittes vont rentrer!

Tout le monde ne vient pas chez nous avec un coeur pur et de bonnes intentions. Portons une attention aux gens à qui nous donnons accès à notre demeure. Certains en profitent même pour venir cracher leur venin ou disperser leurs ondes négatives un peu partout dans la maison. Pire encore, quand certains démons s’invitent à souper, ils ne repartent pas avec le reste des invités. Ils s’installent et veulent prendre possession des lieux. Si vous n’êtes pas vigilants, ils réussiront. Ils iront même jusqu’à vous faire croire que vous n’êtes plus à votre place… dans votre propre foyer.

Il fut un temps où j’ouvrais, avec plaisir, la porte de ma maison à tous ceux qui en avaient besoin. Pour parler, pour se reposer que ce soit pour une journée, un week-end, une année. En voulant être gentille, pour venir en aide à mon prochain, j’ai plutôt offert l’innocence de mes enfants, sur un plateau d’argent, à des vampires affectifs. Des gens toxiques qui auraient pu causer beaucoup de dommages.

J’ai toujours aimé recevoir. Pourquoi exactement? Je n’en suis plus vraiment certaine. Je me questionne sur ce constant besoin de vouloir porter secours et surtout sur les conséquences à long terme. D’où me vient ce syndrome du sauveur? Après mure réflexion, je me dis qu’en attendant de trouver réponse à mes questions il devient plus sage de simplement fermer ma porte. En étant trop accessible, j’ai offert le buffet aux autres et j’ai réservé de maigres portions pour mes petits adultes en devenir, pour mon mari, mais surtout pour moi.

Vous voulez éviter le risque de souffrir de brûlures d’estomac, de maux de coeur ou pire de gastro? N’invitez pas n’importe qui à partager votre repas…

 

Par Sylberte Desrosiers 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *