collaboratrices

Renouer avec la magie

Texte écrit par: Sylberte Desrosiers

Le temps des fêtes a toujours été la période de l’année que je préfère. Disons qu’à partir du 1er janvier, je commence à avoir hâte à décembre. Toutefois, depuis quelque temps je remets en question mon engouement pour cette fête. Je réfléchis à pourquoi j’aime encore Noël.

En novembre dernier, un élève fréquentant la même école primaire que mes enfants s’est fait happé par un camion. Mon cœur de mère s’est fracassé, en trop de morceaux pour compter. Déjà que mon envie de fêter frôlait le bof ces temps-ci. Apprendre qu’un enfant était dans le coma n’a en rien aidé à la cause.

Bien que ce soit à reculons, j’ai tout de même décoré la maison. C’est beau, c’est joyeux, c’est festif, mais…

Je n’ose même pas imaginer comment cette mère, au chevet de son fils, se sent en cette fin d’année. J’ai médité en songeant à toutes ces femmes qui vivent la même angoisse. J’ai envoyé des ondes positives à toutes ces familles qui ont probablement encore moins le cœur à la fête que moi… Noël, c’est faire preuve d’empathie.

Un soir, au retour de l’école, Fred puis Treeny m’ont demandé des denrées pour «le petit garçon». Pas trop sure d’avoir compris, j’ai envoyé un courriel à l’école. J’ai reçu une réponse de madame René, l’enseignante du garçon. Elle m’explique que la maman a quitté temporairement son emploi et que la famille éprouve des difficultés financières. Je lui réponds que j’enverrai quelques items et que je garde la famille en pensées et en prières. Noël, c’est l’esprit de partage.

Juste avant le souper, je fais part aux enfants du message.

– La nourriture est pour la famille de l’enfant hospitalisé. Il est encore dans le coma. La maman ne travaille plus et …

Avant la fin de ma phrase, les enfants avaient déjà entrepris de remplir une boite de denrées: un item pour chaque membre de notre famille. Les enfants ne se sont pas questionnés à savoir si après avoir rempli la boite, il en resterait assez pour leur propre estomac. Noël, c’est faire preuve d’altruisme.

May me demande s’il est possible de donner autre chose. Treeny embarque dans la vague. Elle court à l’étage et revient avec une robe de chambre, encore neuve, mais qui malheureusement ne lui fait plus.

Le sentiment qui m’habite, à cet instant précis, est inexprimable. Noël, c’est réaliser que l’on est béni.

Le lendemain matin, j’écris à madame René. Les enfants souhaitent offrir des toutous, des jouets ou des vêtements, mais je n’ai malheureusement pas d’informations sur la famille. L’élan de générosité m’a émue. Toutefois, il nous manque le « à qui» pour déterminer le «quoi».

À peine le message envoyé que mon téléphone sonne. C’est madame René.

-Madame Desrosiers, je commence par vous dire que vos enfants ont vraiment un grand cœur.

Notre aide est destinée à une famille de 7. Signe de la vie? Peut-être…

Madame René m’explique aussi que des professeurs cuisinent des plats et les apportent à la dame et son mari à l’hôpital. Noël, c’est rendre service aux autres, faire don de son temps.

Juste avant de raccrocher, je remarque un changement dans le ton de voix de madame René. Sa gorge semble nouée par l’émotion.

-Madame Desrosiers, j’aimerais partager quelque chose avec vous. La nouvelle est arrivée hier soir… Le petit garçon a ouvert les yeux. Il ne parle pas encore, mais il communique. Il a ri, il a pleuré, il a même bougonné! Les médecins n’en reviennent pas!

-Oh madame René, j’en ai les larmes aux yeux! C’est tellement un beau cadeau!

Les bras levés vers le ciel et les yeux noyés dans les larmes de joie, j’ai remercié l’Univers. Parce que Noël, c’est exprimer sa gratitude.

J’avais tellement hâte que mes amours reviennent de l’école pour les prendre dans mes bras. Nous ne sommes pas les plus riches, mais la chance d’avoir 5 beaux enfants en santé, ça n’a pas de prix!

Guys, guess what!? L’enfant s’est réveillé! Il n’est plus dans le coma!

– Maman, c’est grâce à la magie de Noël…

Les paroles de Soso, dites avec des yeux aussi lumineux que la plus brillante des étoiles, ont eu l’effet d’une couverture douce et réconfortante.

Merci ma grande de me fournir la pièce manquante du puzzle. Le souper, les cadeaux, la décoration, n’ont pas grande valeur s’il manque l’élément-clé: la magie de Noël. Celle qui nous permet de garder la foi, de partager, d’aimer.

De ma famille à la vôtre, je vous souhaite d’abord la santé, la joie, le bonheur. Que cette magie qui a élu domicile chez nous prenne son envol et vous accompagne tout au long de la nouvelle année!

«Noël n’est pas un jour ni une saison, c’est un état d’esprit» -John Calvin Coolidge

Par: Sylberte Desrosiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *