collaboratrices

Pourquoi je prends maintenant soin de moi

Texte par Marie-Lou Noël

J’ai toujours été le genre de personne qui pense aux autres avant soi. Depuis aussi loin que je me souvienne, j’adorais aider mes amis à l’école. Puis au secondaire, j’étais celle qui réconfortait tout le monde. Dans ma vie de jeune adulte, je me sacrifiais beaucoup pour faire les tâches qui plaisaient le moins et combler les postes le moins appréciés. J’ai même étudié dans un domaine que je n’aimais pas et j’y ai travaillé pendant 7 ans pour faire plaisir à mes parents. Puis un jour, le vase a débordé et je suis tombée malade. Dans le genre dépression majeure.

Pendant mon congé de maladie, j’ai osé aller à un événement pour lequel j’avais payé d’avance et y avoir un peu de plaisir. Ça s’est su au travail et des photos de moi, qui souriais, se sont retrouvées sur les réseaux sociaux. J’ai été en investigation à la CSST et ils ont déclaré que je devais retourner au travail.

Me faire annoncer ce genre de nouvelle quand j’étais en dépression, c’était carrément me faire dire que je n’avais pas le droit au bonheur. Même pas le temps d’un événement quand je passais un dur moment. Même pas une journée dans mon enfer sombre. Je ne me souviens pas d’avoir autant pleuré de toute ma vie. J’avais pris toute l’énergie que j’avais pour aller à cet événement qui me donnait un peu d’espoir.

Parce qu’en dépression, des fois ça se passe quand même bien. Mais des fois, tu es en petite boule et tu pleures toute la journée. Je savais que je ne pouvais pas continuer comme ça. Que je devais changer la façon dont je vivais ma vie.

J’ai donc pris tout le courage que j’avais et avec le support incroyable de mon conjoint, je suis retournée à l’école. Avec deux enfants à la maison. Encore en dépression. Quand tu étudies en massothérapie, tu apprends à avertir tes clients de prendre soin d’eux. Souvent. Régulièrement. Avant de tomber malade. Mais avant tout, tu apprends à prendre soin de toi. Parce que tu ne peux rien puiser d’un puit vide. Cette réflexion a changé ma vie.

Je suis donc encore en cheminement et ce, depuis maintenant 5 ans. Pour changer mes réflexes de faire passer les autres avant moi. Pour dire non quand je ne peux pas. Ou que je n’ai juste pas envie. Parce qu’on a le droit des fois, de ne pas avoir envie. Je me suis trouvée des passe-temps, j’ai fait beaucoup de travail sur moi-même et je dois dire que je suis plutôt heureuse de la personne que je suis maintenant.

J’apprends encore chaque jour et c’est ce que je trouve beau.

Mon travail est maintenant de prendre soin des gens, mais aussi de prendre soin de moi. Pour eux. Pour pouvoir les aider encore mieux. Et pour moi. Pour me respecter et pour me sentir bien. Je fais (entre autre) de l’accompagnement pour les gens qui sont perdu. Comme je l’ai été. Ou pour d’autres situations. Si tu tournes en rond dans ta vie et que tu ne sais pas comment t’en sortir, je peux peut-être t’aider.

Par Marie-Lou, de Zenitude et cie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *