tranche de vie

Où était ma place?

Je dois vous faire un aveu. Le saviez-vous que j’ai toujours été une personne timide? Cela est dure à croire! On me connaît comme une vraie pie, comique et sûre d’elle. Mais, cela n’a pas été toujours le cas. Tout à commencer…

Lorsque j’étais au primaire,  je ne parlais à personne, je n’osais pas m’avancer devant un autre jeune et lui demander pour jouer avec moi. J’aimais mieux rester à observer les autres ou suivre une gang, sans parler. C’était dur pour moi, je n’étais jamais prise la première dans les équipes, je travaillais souvent avec les «rejets». Je n’ai toujours pas aimé ce terme, parce que c’est souvent des jeunes qui ne l’ont pas eu facile qu’on  étiquette «rejet». On ne prend pas le temps de les connaître, qu’on les tasse rapidement. Les apparences sont tellement importantes à un si jeune âge, qu’on devient méchant au lieu d’aider les autres.

J’ai quand même réussi à passer au travers. C’est certain, que j’ai connu des taquineries de la part des autres, parce que l’étiquette de la fille qui ne parle pas; elle reste longtemps collée, surtout quand tu restes dans une petite ville. On est d’accord, que quand on est jeune, l’opinion des autres nous affecte énormément, parce que tout ce qu’on veut c’est d’être aimé .

Pendant mon secondaire, j’ai toujours été entourée de 2-3 amies, mais pas de la gang la plus populaire. Je désirais tellement faire partie de cette clique pour pouvoir me sentir aimée et surtout d’appartenir à un groupe qui est admiré. Mais, j’ai fini par être proche d’eux, grâce à une autre gang. Mais si je les croisais dans les partys, je leur parlais pas plus et eux ne venaient pas plus vers moi. Qu’est-ce que cela a donné d’être proche d’eux? Rien et en plus, je n’ai plus de contact avec aucun. C’est aussi à cette période que tu veux que le plus beau gars de l’école te remarque et t’invite à sortir avec lui. C’était mon rêve! Cependant le plus beau gars ne pouvait pas remarquer une fille qui ne fait pas de vagues.  Évidemment, il est déjà en couple avec la fille la plus belle de l’école et qu’elle est la plus aimée, même si elle est la plus détestée. Je suis passée, encore une fois,  au travers et j’ai pris la décision d’aller étudier plus loin pour repartir, sans amener avec moi  mon étiquette.

Quand je suis partie de cette petite ville où j’étais la fille qui ne parle pas, j’ai décidé de changer et m’en aller loin pour ne pas croiser des connaissances. Alors, je me suis exprimée par ce que je portais, je ne voulais pas ressembler à tout le monde. Je suis devenue la fille au chapeau, parce que j’étais la seule qui en portait un. Je n’ai pas essayé d’atteindre la clique la plus populaire, loin de là. Pourquoi vouloir appartenir à une gang qui ne me correspondrait pas? J’ai réalisé que j’aimais parler aux gens, que je ne veux pas m’arrêter à faire partie d’une seule gang.

Encore aujourd’hui, je n’ai pas seulement une gang d’amis, mais plusieurs. Ce que j’aime c’est la diversité de tous ces gens qui sont autour de moi. Cela m’a ouvert les yeux, que je peux avoir des amis qui m’acceptent comme je suis et sans à tout prix faire semblant de plaire pour être appréciée.

Je viens de vous relater mon enfance à ma vingtaine. J’ai toujours eu peur de m’exprimer, d’être moi. Maintenant adulte, je réalise ce que je recherchais, était  tellement de l’amour dans le regard des autres, que j’en oubliais la place qui m’était destinée.

Par Miss Simplicité

img_5615-1

2 réflexions au sujet de « Où était ma place? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *