Entreprise

L’authenticité de l’atelier Bérard

Crédit photo de l’image à la une: David Bérard.

Cette semaine, je veux consacrer une semaine spéciale Homme. Il faut en prendre soin de temps en temps de nos chers chéris. Alors, je me suis mise à la recherche d’une belle entreprise, autre que Canadian Tire. Sur un groupe Facebook, on m’a partagé cette entreprise: Atelier Bérard. Le coup foudre était instantané! Le propriétaire David Berard travaille avec du bois recyclé pour créer des objets ou pour simplement restaurer.

Je me suis entretenue avec David et il a accepté de répondre à quelques questions. En le lisant, j’ai décidé de vous partager ses réponses, par peur de perdre l’authenticité.

 

12486018_201601603525087_9160349850729877465_o
Crédit photo: David Bérard

 

1- Parle-moi de toi avant de te lancer? Tout d’abord, je suis David Berard, artisan récupérateur. C’est à dire que je crée des articles de toute sorte à partir de matériel récupéré. Je travaille surtout le bois, par expérience, mais aussi le métal, le verre, le cuir et les cornes animales. Étant musicien amateur, j’aime particulièrement travailler des objets reliés à la musique. Je pense entre autre à quelques créations telles que des amplificateurs restaurés, des guitares remises en état ou simplement relookées aux goûts du musicien ou encore des supports pour amplificateurs, guitares, basses et pédales d’effets sonores. C’est d’ailleurs ma passion pour la musique qui me pousse à me diriger tranquillement en lutherie et à apprendre les sonorités des différentes essences de bois disponibles sur le marché.

2- Quel était l’élément déclencheur qui t’a poussé à te lancer? Avant de démarrer mon entreprise, j’ai été (et je suis encore, en tant qu’indépendant) développeur web front-end. J’ai maîtrisé ce métier pendant plus de 10 ans. Mais après tout ce temps, je me suis rendu compte que ce milieu de travail où l’on passe le plus clair de son temps assis devant un écran n’était pas très bon pour ma santé. Aussi, c’est un milieu où l’âgisme est omniprésent. Bref, je n’y voyais pas un avenir très reluisant.

16587372_412226269129285_1720691775534681991_o
Crédit photo: David Bérard

J’ai donc transformé un loisir que j’avais depuis ma tendre enfance (mon père était menuisier de métier) et j’y ai ajouté les valeurs auxquelles le vieux punk que je suis croit dur comme fer; c’est à dire la récupération, le combat contre l’obsolescence programmée et l’utilisation de produits naturels. Avec un peu de recul et quelques cours en lancement d’entreprise par les soirs, j’ai pu monter un plan d’affaire qui tient la route et je me suis lancé, tête baissée, dans le monde de l’entreprenariat. Je n’ai jamais regretté encore, en aucune occasion, d’avoir pris ce choix de vie.

3- Qu’est-ce qui t’inspires? Ma première source d’inspiration est toujours mon client. C’est lui qui m’arrive avec une idée de dingue et j’embarque toujours dans son trip. Mais pour faire des objets personnalisés, il faut que je m’assoie, qu’on discute et que j’entre dans son monde, que je vois le projet de par ses yeux. Et ça, ça me donne le thrill de faire ce que je fais. Je crois que je réussi bien à comprendre les demandes et fonctionner de cette façon me fait vraiment aimer mon travail. Il n’est pas rare que je me glisse le temps d’un instant dans la vie du client pour me mettre en contexte. Par exemple, si c’est un musicien, d’aller le voir en concert. Si c’est un propriétaire de bar, d’aller jouer une partie de billard dans son pub, histoire d’avoir le feeling pour faire quelque chose qui est pour mais qui reflète qui il est.

Pour ce qui est des objets vendu en boutique, je m’inspire toujours du moment présent. Chaque produit est unique et souvent fait à la main. Mais dépendant de mon mood, de la musique qui joue dans la shop pendant que je travaille, de la température, des matériaux que j’ai sous la main… chacun va avoir sa propre personnalité. J’essaie aussi de toujours laisser un indice de ce que l’objet recyclé était avant sa revitalisation, une trace de sa vie passée.

4- Comment tu fonctionnes? Est-ce qu’il y a une équipe avec toi? Que ce soit la conception, la fouille pour les matériaux, la comptabilité, les idées de promotion, la conception du site web, la prise de photos des produits, le ménage dans la shop, le pitch de vente en magasin… je fais tout ça seul. Je considère que je fais tout ça à temps partiel (minimum 35 heures) puisque j’investi aussi de 20 à 25 heures sur un projet web, 5 à 8 heures sur la musique et un autre 5-8 heures sur la promotion d’événements musicaux comme le Rockfest de Montebello. Beaucoup d’amis me demandent si je dors des fois… je leur répond en riant que j’dors quand j’ai l’temps!

Par contre, je ne pourrai jamais remercier assez ma tendre moitié qui m’encourage dans mon délire, qui soigne mes p’tits bobos, qui m’écoute quand j’ai peur de me péter la gueule et qui m’a aidé énormément monétairement au démarrage de l’entreprise. Sans elle, il n’y aurait jamais eu d’Atelier Bérard.

12615384_207635682921679_424460421773866521_o
Crédit photo: David Bérard

5- Futurs projets? J’ai l’idée prochaine de joindre un autre de mes hobbies aux services offerts par l’Atelier Bérard. J’ai toujours aimé dessiner, ce qui m’a mené vers la peinture. Et j’adore le lettrage à l’ancienne. Les vieilles fontes anglaises, les lignes sinueuses qui donnent un look unique à une vitrine ou à une porte de vieille voiture. Je me suis remis, il y a peu de temps au dessin et au pinstripping. J’ai vraiment envie d’offrir cette possibilité de fini à mes clients. C’est encore une fois une façon de personnaliser leur produit. Sinon, je suis toujours le bon vieil adage anglais qui dit : ”Go with the flow”

6- Objectifs dans 5 ans? J’ai deux objectifs à atteindre dans les 5 prochaines années. La première est de déménager en maison à la campagne. Ça me permettrait d’agrandir la shop, de rassembler tous mes outils à la même place, disponible 24/7. J’aurais aussi la possibilité d’avoir des outils que je ne peux pas utiliser chez moi en ce moment tel un planeur (je fais tout mon planage à la main, avec un rabot), un jet de sable pour décaper, une soudeuse à la maison plutôt qu’aller chez un ami pour faire la job, etc.

Le deuxième objectif est de prendre de l’expansion. Je vise les grands centres du Québec pour le moment. Je veux voir mes produits disponibles en ligne sur mon site web mais également en étalage dans plusieurs boutiques de Montréal, Québec, Sherbrooke, Chicoutimi, etc. Je sais que ça va être beaucoup de travail, d’heures de vente, de téléphone, de déplacement mais je compte bien y arriver dans les prochains 5 ans.

16486957_410842482600997_868654261309863127_o
crédit photo: Patrick Charpentier

Vous comprenez que je ne pouvais pas changer ses réponses. J’ai été impressionnée par ce qu’il disait. Il donne le goût de croire en soi et de foncer dans la vie. Je ne suis pas inquiète pour lui, David va laisser sa marque et il va réussir. Vous pouvez le suivre sur Facebook et sur le Web pour être informé des nouveautés.

Et pourquoi pas offrir une création à votre chéri!

Par: Miss Simplicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *