collaboratrices

La pression d’avoir un statut social

Par Marie-Lou Noël

Il y a peu de temps, je vous parlais de ma séparation peu conventionnelle. Pour faire une histoire courte, j’habite avec mon ex-conjoint. Et nous n’avons pas l’intention de changer les choses. Légalement, ça veut dire que le gouvernement n’accepte pas qu’on soit séparés. Nous devons vivre dans des maisons séparées pour prouver qu’on est séparés. Ça, c’est une chose assez facile à accepter et à comprendre, même si ça démontre un manque d’ouverture d’esprit, selon moi. 

Ce que je trouve difficile, c’est la pression que mettent les gens pour avoir un statut social clair. Je suis mariée, mais séparée, mais nous habitons ensemble. C’est un concept difficile à assimiler parfois. Je parle ici du statut social, mais c’est aussi vrai pour beaucoup d’autres situations dans notre société. Pourquoi doit-on se mettre autant de pression en se jugeant les uns les autres? Mais surtout, pourquoi veut-on donc être normal aux yeux des autres?

Ajoutez à l’équation une fréquentation, et la Terre arrête de tourner! Ah! C’est ton nouveau chum? Non, on ne s’identifie pas comme un couple. Ah! C’est juste pour le cul? Non, on fait des sorties et on passe du temps ensemble. Facke c’est ton chum? Vous voyez le genre de conversation qui tourne en rond. Viennent aussi les jugements. Mais tu viens juste de te séparer! Oui en effet, c’est entre autres pour ça que je ne souhaite pas qu’on soit un couple en ce moment. Ah! Mais, tu le connaissais avant de te séparer. C’est lui qui a causé votre séparation? Non! Absolument pas! Au contraire, il était très dévasté, que je me sépare.

Je me suis laissé prendre à cette pression. J’ai voulu absolument mettre un mot sur ce qu’on était. Jusqu’à ce qu’il me dise qu’on était des amis. Sur le coup, je l’ai mal pris. Parce que pour moi, on était plus que des amis. Mais en même temps, on n’était pas un couple. Je me suis ressaisie et j’ai réalisé que, dans le fond, c’était juste un mot. On s’en fout un peu de ce qu’on est, tant qu’on est tous les deux bien dans la relation, non? Je me suis laissé prendre aussi à me justifier sans arrêt. Comme si ça regardait qui que ce soit d’autre. Comme si je devais avoir une raison pour voir quelqu’un sans être en couple.

J’ai donc arrêté de vouloir mettre un mot sur ce qu’on était. J’ai lâché prise sur les jugements et j’ai arrêté de me justifier sans arrêt. J’ai focussé sur passer du temps de qualité avec lui, sur les moments qu’on partage et sur comment MOI je me sens dans cette relation. Et je ne fais que mieux m’en porter. De toute façon, je n’en suis pas à mon premier choix de vie atypique!

Par Marie-Lou Noël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *