Entreprise

La force des vieilles sacoches!

Aimez-vous le vintage? Moi, j’adore! Ça me permet de me remémorer des souvenirs d’une époque. Je crois que je ne suis pas née dans la bonne décennie comme Danielle Morin, la fondatrice Les veilles sacoches. Elle récupère toutes sortes de choses pour en faire des bijoux originaux, authentiques et remplis de souvenirs. J’ai d’ailleurs des boucles d’oreille confectionnées avec des bouchons de bière et des coupures des BD d’Archie.

Cette artisane laisse aller sa créativité avec les trouvailles qu’elle trouve ou qu’elle reçoit. C’est impressionnant ce qu’elle entrepose dans son atelier. L’entreprise Les vieilles sacoches est présente dans sa vie depuis 8 ans. Au début, elles étaient deux à créer. Un an plus tard, une ombre vient assombrir la vie de Danielle, elle a reçu un diagnostic de sclérose en plaques.

Étant une bonne vivante, qui mordait dans la vie comme une vraie passionnée, Danielle a pris une pause de création pour apprendre à vivre avec cette maladie. Cela a été dur pour elle, car à 40 ans, elle aimait la femme qu’elle était, mais la maladie l’a surprise. Elle a mis l’entreprise sur la glace, tellement qu’elle était en colère. Peu à peu, à travers les étapes du deuil, elle a cheminé et a accepté ce qu’il lui ait arrivé.

Alors, elle s’est tournée vers l’écriture avec son blogue le journal d’une femme passionnée où elle se livre à cœur ouvert sur ce qu’elle vit. Son histoire a aidé plusieurs personnes partout dans le monde. Elle offre ses oreilles et ses mots en nous faisant voir les belles choses malgré les mauvais côtés.

Cependant, Les vieilles sacoches étaient partout autour d’elle. Sans s’y attendre, elle s’est remise à créer à son rythme et à sa façon. Dans son atelier, elle ne laisse pas la maladie franchir la porte. Accompagnée de sa musique, rien ne peut l’atteindre. Danielle se sent vivre en faisant des bijoux pour les gens qu’elle aime. Elle est reconnaissante de tout l’amour qu’elle reçoit de sa clientèle fidèle et des autres artisans.

En récupérant tout ce qu’elle trouve, elle sensibilise les gens en donnant une seconde vie aux objets. On retrouve de tout dans son atelier : des tissus, des boutons, des vinyles, des vieux bijoux, etc. Cette talentueuse artisane adore créer avec des choses qui ont une histoire. C’est sa façon de rendre hommage aux femmes en les embellissant!

Dernièrement, elle souhaite offrir de nouveaux produits. Avec la maladie, elle a décidé de se trouver un plan B et comme elle a toujours la passion, elle ne veut pas s’arrêter. J’ai eu vent d’un futur projet. Je peux juste vous dire qu’elle s’est acheté une machine à coudre. Bientôt, vous en serez plus.

Comme elle ne fait plus autant de salons et de marchés qu’avant, elle offre de temps en temps des ateliers créatifs qui s’adressent aux personnes atteintes de la sclérose en plaques. En février, elle animera une activité de collage dans Lanaudière. Également, on retrouve dans sa boutique des boucles d’oreille avec le logo de l’association de la sclérose en plaques où avec chaque achat, elle remet 5 $ à l’organisme.

Honnêtement, cette artisane m’a renversé par sa force, son courage et sa résilience. Son histoire m’a émue et c’est un honneur pour moi de vous la raconter. Je suis contente qu’on me l’ait proposé pour écrire son portrait. Merci Suzie!

Pour suivre Les vieilles sacoches:

Facebook 

Boutique Etsy

 

 

Par Miss Simplicité

*Crédit photo: Les vieilles sacoches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *