Famille

Des modèles qu’on n’oublie pas

Des pères dans ma vie, j’en ai connu quelques uns. Ils ont tous joué un rôle marquant à mes yeux. Voici une petite rétrospective de trois pères qui ont laissé leur marque.Premièrement, commençons par  le plus important; mon vrai père. Je n’ai plus de contact avec lui. Pourquoi? Il s’est occupé de lui, en s’isolant dans l’alcool. Je ne rentrerai pas dans les détails, parce que je tiens à garder mon jardin secret. Je ne l’ai pas aussi bien connu que mon frère et ma sœur, à cause de mon jeune âge, mais ce que j’ai vu, était assez pour laisser une marque.

J’ai très peu de joyeux souvenirs avec lui. On ne souhaitait pas être avec lui. Même adulte, je n’ai plus de contact avec lui, vu qu’aucun lien ne s’est créé. Cette relation m’a  marqué. Cela m’a amené la croyance que je n’ai pas besoin d’homme pour élever mes enfants.

Le deuxième a été un amoureux de ma mère, le père de ma petite sœur. Un homme qui était plus autoritaire que le premier et plus présent. Il m’a donné un cadre que je ne connaissais pas. Il nous a montré la vie à la dure; contribuer à la maisonnée. Un virage de 180 degré pour une enfant de 9 ans, qui a toujours fait que bon lui semble. C’était difficile!

Il nous a élevé comme il a été élevé. J’avais énormément de tâches domestiques. De plus, je commençais l’adolescence et comme il n’était pas mon père, alors il en a eu quelques prises de becs. Lorsque ma mère l’a quitté, il a été en colère après nous. Malgré tout, ce père de substitut m’a montré le sens de la discipline; qu’il faut doser et laisser les enfants être des enfants.

Le dernier, pour moi, il a une grosse place dans la vie de mes enfants; leur père. Je l’ai aimé, même si on était différent. Cela n’a pas pris trop de temps, qu’on a eu nos petits cocos.

Cependant, les ancrages de mon passé ont fait surface. Dès que les enfants étaient bébé, je ne lui ai pas laissé de place. Je me suis occupée de tout ce qui concerne les enfants et lui, il ne m’a jamais empêché. Oui, il était présent pour les consoler lors de coliques ou s’amuser quand cela lui dit. Il s’est isolé en travaillant la maison, pour lui, c’était sa manière de contribuer à sa vie de famille. J’aurais aimé qu’il m’aide davantage, mais je n’étais pas capable de lui dire.

Lorsque je me suis séparée de lui, il a dû prendre sa place, sans moi. J’ai douté de ses compétences et j’ai essayé de pratiquer le lâcher-prise. Pas facile au début, je me suis mêlée de ses affaires, plus qu’une fois. Mais, avec le temps, il a su prendre l’initiative et s’assurer que les enfants soient bien. Je lui tire mon chapeau!

Je vous ai juste énuméré 3 modèles de père qui ont une similitude entre eux… Chacun m’a laissé sa marque. J’ai tiré des leçons d’eux, malgré tout.

Une chose que je tiens à dire, pour vous, chers pères, c’est prendre le temps d’être avec vos enfants. Jouer avec eux… rire avec eux… apprendre à les connaître…  leur enseigner la vie. Ayez confiance en vous! Vous avez un rôle important dans la vie de vos enfants que la mère ne peut pas combler.

Bonne fête des pères!!

Par Miss Simplicité

 

Une réflexion au sujet de « Des modèles qu’on n’oublie pas »

  1. Je te comprends, je n’ai plus de liens avec mon père pour les mêmes raisons que toi. Très bon texte! ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *