Critique littéraire

Découverte littéraire du mois de septembre: Ils étaient deux d’Éric Chassé.

Grâce à la maison d’édition Guy Saint-Jean Éditeur, j’ai eu le privilège de lire le dernier livre d’Éric Chassé; Il étaient deux. C’est le deuxième roman de cet auteur, qui avait écrit La mort en vedette, paru en 2016.

Avant de poursuivre, voici le résumé:

Ils étaient deux ados qui voulaient simplement se venger de leur professeur. Comment auraient-ils pu imaginer que la farce tournerait en une telle tragédie? Alors, que le « petit feu symbolique » qu’ils avaient planifié se transforme en un brasier se propageant à une vitesse fulgurante, les deux voyous s’affolent. L’un se sauve, l’autre demeure interdit, figé devant l’horreur.

Un seul accusé pour un crime commis à deux, c’est déjà injuste. Mais que l’un des coupables passe dix ans de sa vie derrière les barreaux tandis que l’autre se complait dans sa douce existence, sans jamais subir de conséquences de son geste, c’est tout simplement inadmissible!

Dix ans plus tard, l’heure des comptes a sonné. Il était temps. 

 En quelques lignes, j’étais captivée par David et Léonard, les deux jeunes. J’avais une bonne idée qui ils étaient, car l’auteur m’a plongé dans leur monde sans perdre un instant. Avec le premier chapitre, Éric Chassé a su décrire les jeunes ainsi que le drame. C’est ce que j’ai aimé, il n’y a pas de perte de temps, il m’a amené droit où je voulais; dix ans plus tard. Également, j’ai apprécié les petites brides du passé qui sont glissées dans le roman, ça m’a permis de connaître l’évolution des personnages.

Ce roman ne fait pas de cachette sur ce que les personnages pensent, autant les principaux que les secondaires. C’est quelques fois cru, mais c’est comme ça que la plupart des gens parlent; en sacrant sans utiliser des gants blancs et en agissant par impulsivité lors de moments stressants. C’est ce qui donne l’authenticité des personnages tout en faisant oublier qu’ils étaient fictifs. Des fois, je ne savait plus quoi penser, car lorsqu’un devenait vulnérable, je le prenais en pitié, malgré ce qu’il a fait. Après, je me mettais à le détester, car il empoissonnait l’existence d’une autre personne.

Je crois que l’auteur veut nous amener à aimer et à détester ce qu’on lit. Déjà le drame n’est pas joyeux. Lire ce qui est arrivé au professeur, c’est dur!  J’aime vraiment comme il a bâti son histoire, on voit chaque côté de la médaille par le changement de narrateurs. Mais, est-ce que c’est voulu pour brouiller les pistes? Bref, il m’a eu à la fin, je m’y attendais pas du tout. C’est ce que j’aime dans un livre, lorsque je le ferme, je veux dire: je n’aurais pas pensé à ça

D’habitude, ça me prend un certain temps pour m’adapter au style d’écriture d’un auteur, mais Éric Chassé a réussi à me captiver dès la première phrase. Je n’ai pas pu m’arrêter de lire. En plus, que ces jours-ci, je ne lisais plus, par manque de temps. Je peux vous dire que ça m’a fait du bien de renouer avec la lecture grâce à cet excellent roman.

Si vous désirez un livre, avec une dose d’humour noir, sans gant blanc, pour vous faire sortir de votre quotidien, je vous le conseille.

Ils étaient deux

Auteur: Éric Chassé

Maison d’édition: Guy Saint-Jean Éditeur

Parution: 29 août 2018

24,95$

Pour vous le procurer, cliquer ici. 



Par Miss Simplicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *