Nouvelle littéraire

Annabelle

 

J’ai encore gagné! Je suis un dieu, moi, Maître Sénéchal avocat de renom. Je gagne plus que je perds. C’est grâce à mon travail acharné, je m’investis à fond pour mon cabinet. Je ne compte plus les heures passées dans mon bureau défendre les pires méfaits. Ce n’est pas pour rien que mon nom est sur .l’immeuble. Ma famille peut en être fière : elle accepte sans trop se plaindre de mes absences répétitives.

-Maître Sénéchal, vous avez un colis pour vous.
-Laisse-le là.

Encore un cadeau pour mon succès. Si on me veut, on sait ce qu’on doit faire pour avoir mes services. On me paie, ensuite je vous défends. Vous n’avez qu’à regarder ma belle petite famille : je suis un homme comblé!

Bon assez la rêverie! Regardons de plus près ce colis. Sûrement pas des cigares. Tiens un vieux magnétophone cassette. Ça fait longtemps que j’en ai vu un. Qu’est-ce que je suis supposé faire avec ça? Il y a une cassette dedans, je n’ai pas de temps à perdre pour écouter des vieux succès des années 80. Du temps, c’est de l’argent!

-Maître Sénéchal, du courrier pour vous.

Encore une autre enveloppe, mais plus petite que la précédente. J’ai le temps, je l’ouvre. Quoi? Un simple mot : Écoute la cassette! Quessé ça? Pourquoi c’est si important? Quelle heure est-il? On est encore dans l’avant-midi. Je vais faire vite, j’ai d’autres chats à fouetter. Une voix lugubre, modifiée par une application gratuite de cellulaire que tout le monde peut télécharger, sort du magnétophone aussitôt que je pèse sur « Jouer ».

Bonjour Maître Sénéchal! Vous avez tout ce qu’un homme peut rêver d’avoir. Vous êtes un grand homme gâté par la vie! Mais, ça arrive que le vent tourne! Même pour vous Maître Sénéchal! Il peut emporter ce qui est précieux à vos yeux. Aujourd’hui, je vous enlèverai votre belle princesse Annabelle. Vous ne pourrez pas m’en empêcher. Surtout ne contactez pas la police, sinon vous ne la reverrez plus.

Je pèse sur « Arrêt » immédiatement. J’en ai des sueurs froides. Qui peut bien m’envoyer ça? Non, c’est une plaisanterie! Ça doit être en lien avec mon dernier procès. Mais, on m’a pris mon adorable princesse! Qu’est-ce que je peux faire? Je ne peux pas avertir la police. Je vais appeler ma femme, elle doit être avec. Je prends le téléphone, ça sonne. Allez décroche! J’entends le déclic.
Claire!
Vous êtes bien sur la boîte vocale de Claire Sénéchal, je ne peux pas prendre votre appel pour l’instant. Laissez un message et je vous rappellerai dans les plus brefs délais.

Comment ça, elle ne me répond pas? Où est-elle? Elle ne peut pas être sortie. Je ne peux pas rester là, je dois me rendre à la maison. Claire doit être encore là avec Annabelle!
-Carole! Annule mes rendez-vous de la journée. Je dois partir! Urgence familiale! On se voit demain. Demande à Gaston de venir me prendre à la porte tout de suite.

Carole me regarde avec des grands yeux. Qu’est-ce qu’il lui prend! J’ai tous les droits de m’absenter : je suis le patron et j’ai une famille. Je ne la paie pas pour qu’elle m’analyse! Elle devrait commencer à annuler mes rendez-vous. Je lui lance un regard noir et elle se détourne.

Gaston m’ouvre la porte, avec des grands yeux aussi. Quoi? C’est une urgence! Il m’agace! Qu’il arrête de me regarder et filons à la maison sur le champ. Il prend son temps, ce n’est pas le moment de respecter le code de la route; c’est une question de vie ou de mort. Il fait exprès, parce que je l’ai dérangé dans sa lecture du journal. Si on n’est pas arrivé d’ici 10 minutes, je le vire. Je n’en peux plus! Je m’agite sur mon siège. Je dois absolument retrouver ma belle Annabelle avant qu’on l’enlève. Je la revois avec ses grands yeux bleus qui me fixent pendant que je travaille. Je repense à nos balades au parc où on mangeait de la crème glacée. J’essuie la petite larme qui coule sur ma joue. J’arrive bientôt à la maison, Annabelle.

Arrivé, enfin! Je sors avant même que Gaston arrête le moteur. Je cours jusqu’à la maison en laissant la porte ouverte. Je me mets à crier : « Annabelle, papa est là! » Pas de réponse. Bordel de merde! Je suis arrivé trop tard! « Ah! » Je fais le saut en voyant Louisa entrer dans la pièce. La bonne doit savoir où elle est.

Louisa! Où est Annabelle?

Elle n’a pas l’air de me comprendre. C’est quoi son problème, elle est supposée comprendre le français maintenant. Je l’ai fait venir de la Colombie pour qu’elle l’apprenne, bon sang! Ne viens pas me dire qu’en un an, elle sait seulement trois mots. Je lui montre la photo d’Annabelle posée sur la table basse du salon. Je vois par son expression qu’elle vient de comprendre de qui je parle. Ce n’est pas trop tôt! Elle me baragouine quelque chose avec de grands gestes. Quoi! Le parc? Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt! Je ressors en courant. Gaston me regarde encore avec son air étonné. Regarde ailleurs, si tu veux garder ta job! Vite! Je n’ai pas le de temps à perdre, je cours le plus vite que je peux. J’en suis essoufflé, mais je ne peux pas m’arrêter. Ma belle petite Annabelle! Je tourne le coin de la rue et je perçois le parc au loin. Dans moins de 5 minutes, j’y serai et je vais retrouver ma princesse. Dieu, faites qu’elle y soit encore!

Je suis arrivé et mon cœur bat la chamade. Je me penche pour reprendre mon souffle. Je devrais me réinscrire au gym. Je cache mes yeux du soleil et je balaie le parc du regard. Je ne la vois nulle part. Non! Non! Non! Elle doit être quelque part. Je ne la vois pas. On me l’a vraiment prise. Je n’arrive pas à croire. Non! Non! Non! Je m’assois et je me mets à pleurer. Je ne mérite pas ça!

-Papa!

Stupéfait, je me retourne et je la vois avec Alice. Elle se tient devant moi, rayonnante et excitée de me voir.

Ma belle petite Annabelle. Tu m’as manqué!

Je me penche et la serre très fort dans mes bras. J’enfouis mon nez dans son cou tout chaud, elle a toujours cette petite odeur sucrée qui me fait chavirer. J’en pleure de joie.

Nous rentrons à la maison, je l’ai dans mes bras, je ne veux pas la déposer. Ah mon Dieu! Que je suis soulagé! Je commence à retrouver mon calme. La cassette n’était qu’une vilaine plaisanterie. Attends que j’attrape celui qui m’a fait le coup! Il va le regretter jusqu’à la fin de ses jours! Personne n’a le droit de toucher à ma princesse!

Nous passons un bon moment à jouer avec sa balle de la Reine des neiges. C’est sa préférée, depuis que je lui ai achetée. Nous avons un plaisir fou ensemble! Qu’est-ce que j’aurais fait si je l’avais perdue à jamais? Je la regarde et je la vois bailler. Oh! Elle a sommeil. Je la monte dans la chambre, je lui donne un gros câlin et elle s’endort aussitôt. Je la regarde un instant. Elle est tellement belle!

Quelle histoire! J’ai besoin d’un remontant sur le champ. Je me rends à la cuisine. Mais, qu’est-ce qu’il y a sur la table? Non, pas le magnétophone de ce matin avec une cassette! Je remarque sur le magnétophone, les initiales A.S., ceux de ma fille. On m’avait envoyé le magnétophone de ma fille? Est-ce que ça veut dire que le ravisseur l’avait déjà? Ça ne se peut pas! Mon imagination me joue des tours. Je vois une enveloppe portant mon nom. Qu’est-ce qu’on me veut? Mon cœur bat de plus en plus vite. Je me mets à trembler en appuyant sur « Jouer » et j’entends la même voix lugubre que ce matin.

 

Maître Sénéchal, on voit bien qu’Annabelle a une grande importance à vos yeux. Pendant que vous étiez ensemble au parc, je vous ai observé. Vous étiez beaux ensemble! Avez-vous aimé passer du temps avec elle? Avez-vous bien savouré ce dernier moment avec Annabelle? Ne cherchez plus Annabelle, père!

Je me lève d’un bond pour voir ma princesse. Je suis presque rendu, lorsque la porte d’entrée claque. Je me mets à hurler :
NON! Alice ma fille, ne fais pas de mal à mon chien!

Par Caroline Tremblay

2 réflexions au sujet de « Annabelle »

    1. Bonjour,

      Je ne visais pas tous les professionnels. J’ai créé un personnage en m’inspirant des films. Je n’ai aucun mépris envers personne. Ma nouvelle est fictive! Désolée que vous vous êtes sentie blessée.

      Je voulais juste montrer que certaines personnes pouvaient aimer leur chien plus Que leur propre famille.

      Je suis consciente que c’est pas tout les professionnels qui vivent assez aisément. Comme dans chaque domaine. Cela aurait pu être un courtier d’assurance qu’une infirmière comme personnage.

      Merci de m’avoir partagé les articles, j’apprécie et je peux apprendre davantage sur vos situations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *