Famille

À mon petit homme…

 

Tu as été un cadeau de la nature, tout ce que j’avais à faire; c’était de te dorloter et t’aimer. Le plus beau cadeau! Le 14 août 2007, tu t’es présenté à moi; pétillant de vie!

Tu étais le bébé idéal, pas compliqué qui faisait ses nuits, ne pleurait pas pour un rien et qui évoluait sans trop de retard. Tu avais le goût de découvrir le monde qui t’entourait. Tu étais tout silencieux! On ne t’entendait pas, comparé à ta sœur.

Je me questionnais, mais je ne voulais pas aller plus loin. Un jour, j’ai décidé d’aller consulter. J’ai fait toutes les rencontres en orthophonie pour que tu reçois ce que tu as besoin. Ce n’était pas facile pour mon cœur de mère de te voir essayer de toutes tes forces à dire des mots simples. Des petites syllabes simples qu’un enfant de 18 mois dit, mais que toi, à 3 ans, tu ne le disais pas.

J’ai essayé de tout faire pour t’aider, comme mettre du Nutella sur ton palais pour que tu places ta langue, afin de faire le son « L« . J’ai inventé des jeux pour rendre les exercices amusants. Je ne voulais pas abandonner. Je me sentais coupable de ne pas t’avoir autant stimulé comme ta sœur. C’était ma façon de me faire pardonner.

L’entrée à l’école arrivait à grand pas. J’avais tellement peur qu’on se moque de toi. Tu parlais peu et c’était souvent incompréhensible pour les gens, mais pas pour moi. Je te décodais parfaitement. Malgré mes craintes, tout c’est bien passé à la maternelle. Les suivis à l’IRDPQ ( institut de réadaptation en déficience physique de Québec) ont commencé. Le verdict tomba: dyspraxie verbale. Ça y est, mon cœur de maman a pleuré, parce que c’est un trouble et non un retard.

Cette journée où ton orthophoniste m’a annoncé ça, elle m’avait dit une phrase qui est restée gravée dans ma mémoire.

Ce diagnostic ne changera pas votre garçon. Il est toujours le même que vous aimez.

Tu vas devoir trouver des solutions pour déjouer ce trouble. Alors, on enchaînait les rendez-vous, mais tu perdais de plus en plus la motivation. Tu as commencé à baisser les bras, à niaiser pour ne pas faire tes exercices. Ça m’a rendu triste de te voir rien faire. Je sais que tu était tanné, mais on n’avait pas le choix pour que tu réussisses.

Lorsque les séances à l’IRDPQ furent terminées, je voulais le meilleur pour toi. Je ne t’ai pas laissé de repos, on a consulté au privé en espaçant les suivis pour ne pas trop te surcharger. Ça n’avançait pas assez vite! Je sais que j’aurais dû continuer les exercices, mais avec les devoirs, c’était trop pour moi. J’essayais d’en faire au travers. Je voyais bien que c’était insuffisant, juste par le regard que l’orthophoniste me lançait lorsque je lui disais. Encore une fois, je me suis sentie coupable.

Et l’école, pauvres enseignantes qui t’avaient, je ne les laissais pas tranquille. Je leur écrivais souvent pour savoir comment ça allait. Je les ai trouvé patientes avec toutes mes questions. J’étais souvent inquiète. Je voulais que tu réussisses et que tes pairs te respectent. À chaque année, tu avais la bonne enseignante pour t’aider à te dépasser.

Des fois, j’était fâchée de ne pas te voir mettre les efforts que tu devais dans tes examens. Je m’excuse de m’avoir fâchée quelques fois. Cela ne faisait pas baisser les bras pour autant, je voulais continuer à vouloir t’aider. Je n’aimais pas plus que toi, la période des devoirs, mais on devait travailler.

Tu vieillis mon coco! Je te vois devenir un grand homme de jour en jour. Je ne te cacherai pas que j’appréhende ton entrée au secondaire. Les jeunes peuvent être méchants envers ceux qui ont des difficultés. Je vais essayer de te donner tout ce que je peux pour que cette période ne te soit pas trop difficile. Tu pourras compter sur moi pour t’écouter, sans te juger. Promets-moi de ne pas perdre tes rêves et d’avancer malgré les embûches!

Je t’aime mon petit minou! Tu es une de plus belles surprises de ma vie! Je serai toujours là pour toi!

N’oublie pas tu es fort!

Ta maman xxx

 

Je te partage, à toi mon amateur de musique, cette chanson de Coldplay Fix You. Lorsque je l’écoute, elle me fait penser à toi.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *